Coronavirus en Algérie

Algérie presse service | Agence de presse avec un service d'informations en temps réel. l'actualité en continu : National, Economie, Sport, Société, International, Culture, Régions, ...
  1. Coronavirus: 395 nouveaux cas, 230 guérisons et 5 décès

    ALGER- Trois cent quatre-vingt-quinze (395) nouveaux cas confirmés de coronavirus (covid-19), 230 guérisons et 5 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, indique, vendredi, le ministère de la Santé dans un communiqué.

    Le total des cas confirmés s'élève ainsi à 218432, celui des décès à 6276 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 150084 cas.

    Par ailleurs, 26 patients sont actuellement en soins intensifs, ajoute la même source.

    En outre, 16 wilayas n'ont recensé aucun cas durant les dernières 24 heures, 18 autres ont enregistré de 1 à 9 cas, tandis que 14 wilayas ont enregistré 10 cas et plus.

    Le ministère de la Santé rappelle, par la même occasion, que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d'hygiène et de distanciation physique, tout en insistant sur le respect du port du masque.

  2. 2021: ériger l'Enseignement supérieur en locomotive du développement national

    ALGER- L'Algérie a œuvré en 2021 pour la réussite du pari de la qualité dans l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique à travers le lancement de plusieurs projets visant à ériger l'université en locomotive de l'économie nationale et du développement durable.

    Pour concrétiser cette démarche qui se veut l'un des engagements les plus importants du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le secteur de l'enseignement supérieur s'est doté de plusieurs établissements universitaires qui veillent à dispenser une formation de qualité au diapason des développements survenus à l'échelle mondiale, en sus des efforts visant à lier l'université à son environnement socioéconomique à travers la valorisation des résultats de la recherche empirique en vue d'ériger l'université en une locomotive pour l'économie nationale.

    A ce titre, trois groupes principaux ont été créés, lesquels œuvrent à tracer les objectifs du plan d'action du Gouvernement en la matière, à savoir la qualité dans les domaines de la formation supérieure, de la recherche scientifique, de l'innovation, de la gouvernance, de l'employabilité et de l'insertion professionnelle des diplômés, en sus de la prise en charge des établissements universitaires car étant un partenaire dans le développement socioéconomique.

    Conformément aux instructions du Président Tebboune qui a relevé, à plusieurs reprises, la nécessité d'accélérer la cadence de réalisation et de développement des écoles supérieures spécialisées tournées vers l'économie de demain, un pas essentiel vers l'édification de l'Algérie nouvelle, l'Ecole nationale supérieure des mathématiques et l'Ecole nationale supérieur de l'intelligence artificielle ont été créées pour la première fois en Algérie.

    A ce titre, M. Tebboune a souligné la nécessité de "réunir toutes les conditions pédagogiques et de service pour encourager les inscrits des deux écoles et leur accorder toutes les incitations nécessaires pour développer le niveau d'apprentissage scientifique et faciliter leur intégration professionnelle plus tard".

    Le Président de la République a mis l'accent également sur l'impératif de "trouver les mécanismes juridiques pour encadrer les diplômés de ces écoles et lutter contre le phénomène de fuite des cerveaux" et de "conduire l'Algérie vers une formation poussée dans le domaine des sciences, toutes spécialités confondues, tout en encourageant l'échange d'expériences dans le domaine de la formation avec nos partenaires étrangers".

    Dans ce sillage, le chef de l'Etat a mis en exergue "l'importance de créer de nouvelles villes scientifiques comprenant des écoles nationales supérieures spécialisées dans différentes régions du pays pour former l'élite sur la base d'une étude réaliste et profonde des besoins nationaux en ressources humaines, notamment dans les secteurs de l'industrie et de l'agriculture et dans tout autre secteur créateur de richesse".

    Il y a lieu de noter la réalisation, dans ce sens, des écoles de mathématiques et de l'intelligence artificielle à l'occasion de la rentrée 2021-2022 pour la réception de la première promotion d'étudiants d'élite dans les domaines des mathématiques et des sciences techniques en général, au vu de leurs moyennes élevées obtenues au BAC auxquelles s'ajoutent les excellentes notes dans les matières scientifiques, mathématiques et physique précisément.

    Ces deux structures d'enseignement supérieur qui assurent une formation d'élite répondant aux normes internationales en la matière sont d'une capacité d'accueil de 1000 places pédagogiques et dotées d'un staff composé d'experts en collaboration avec la communauté algérienne établie à l'étranger pour l'élaboration des programmes pédagogiques d'enseignement et de formation.

    Le ministère a également prévu un partenariat étranger avec des pays ayant enregistré une importante avancée dans les applications de l'intelligence artificielle, à savoir la Chine, la Grande-Bretagne, le Japon, la France et les Etats-Unis,  pour faire de ces deux écoles des pôles d'excellence.

    Dans cette optique, une faculté de pharmacie a été créée en vue d'améliorer la formation et développer la recherche scientifique dans cette spécialité, tout en accompagnant l'industrie pharmaceutique et développant le système de santé à travers la formation des compétences qualifiées. Il s'agit aussi d'assurer une sécurité sanitaire au citoyen qui est l'un des principaux axes du plan d'action du Gouvernement et les programmes de recherche nationale que le secteur veille à en concrétiser des années durant.

     

  3. Rentrée universitaire 2022-2023: une formation d’ingénieur-master en agriculture de précision

    ALGER- L’Ecole nationale supérieure agronomique (ENSA) d’Alger lance à la prochaine rentrée universitaire 2022-2023 une nouvelle formation d’ingénieur-master en agriculture de précision, a-t-elle annoncé vendredi dans  un communiqué.

    Cette formation répartie en quatre semestres s’inscrit dans la dynamique actuelle de renforcement des capacités de l’Algérie dans le domaine de l’enseignement supérieur, a affirmé la même source, précisant que l’ENSA est partenaire du projet CUPAGIS ERASMUS PLUS. " Un projet appuyé par l’Union Européennes qui contribue à la modernisation des systèmes d’enseignements supérieurs et au développement de nouveaux programmes d’éducation innovants", a-t-on expliqué.

    "La formation, structuré en quatre semestres, utilise les technologies innovantes telles que : les systèmes d’informations géographique, la télédétection, l’intelligence artificielle et les capteurs aux sols".

    Selon ses initiateurs, ce type de formation s’impose face à l’augmentation de la croissance démographique et de l’impact attendu des changements climatiques sur les systèmes productifs agricoles.

    Le communiqué ajoute que l’Algérie, dont la population devrait atteindre 51 millions en 2030 et plus de 60millions à l’horizon2050, devra assurer l’accroissement de sa production agricole tout en veillant à la gestion durable des ressources naturelles. "Ceci requiert l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication et leurs valorisations dans des systèmes de production agricole alternatifs", a-t-encore souligné.

     

  4. Coronavirus : 12 nouveaux cas du variant Omicron détectés en Algérie

    ALGER - Douze (12) nouveaux cas du variant Omicron (B.I.1.529) de la pandémie du Coronavirus ont été détectés en Algérie, ce qui porte le total des cas confirmés de ce variant au nombre de 16 cas, annonce jeudi l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) dans un communiqué.

    "Dans le cadre de l'activité de séquençage du virus SARS-CoV-2 effectuée par l'Institut Pasteur d'Algérie, pour la détection des variants circulant en Algérie, nous signalons la détection de douze (12) nouveaux cas du variant Omicron (B.I.1.529), confirmés par séquençage au niveau du Laboratoire de référence de l'Institut, sur tests PCR positifs des concernés", précise la même source. 

    Il s'agit de "six (6) citoyens algériens ayant été en contact avec des cas confirmés précédemment dans le pays, de deux (2) ressortissants algériens de retour de France et de quatre (4) étrangers, dont un (1) venu du Royaume-Uni et trois (3) autres de Mauritanie".

    Par ailleurs, l'IPA réitère son appel à "rester vigilant, se faire vacciner et respecter de la manière la plus stricte les règles sanitaires de base constituant les seuls moyens pour faire face à l'évolution du nombre de contaminations".

  5. Covid-19: la Commission de la Fatwa appelle à aller se faire vacciner

    ALGER - La Commission ministérielle de la Fatwa a appelé jeudi les citoyens à respecter les consignes des services médicaux et à aller massivement se faire vacciner contre la pandémie de Covid-19, mettant en garde contre les rumeurs circulant autour de ce vaccin.

    "Au vu de l'évolution préoccupante de la situation épidémiologique de la pandémie du Coronavirus, et au regard de la vague dangereuse que connaissent beaucoup de régions dans le monde, il est impératif de respecter les consignes des services médicaux en Algérie et dans le monde et d'aller massivement se faire vacciner", lit-on dans le communiqué de la commission qui a estimé "nécessaire d'atteindre une immunité collective", et ce conformément "aux dispositions de la Shari'a et au principe selon

    lequel les jurisprudences islamiques se référent à l'expertise scientifique en la matière".

    A ce titre, la commission a mis en garde contre "la diffusion et la circulation des rumeurs", et a souligné que cela "entraine la discorde (Fitna) et la désinformation, interdites par notre noble religion", relevant en revanche la nécessité de puiser les informations correctes de leurs sources officielles".

    La Commission ministérielle de la Fatwa a par ailleurs mis en avant la nécessité de faire montre de vigilance et de l'esprit de solidarité entre les citoyens afin de mettre en œuvre les mesures de prévention et d'atteindre la discipline communautaire, en insistant sur l'importance d'orientation à même de contribuer à la sécurité sanitaire". 

    Pour la Commission, " parmi les obligations religieuses sûres requises par le devoir du temps, figure le retour strict vers la prise en compte de la prévention du Coronavirus, dont " l'utilisation du masque protecteur, la distanciation physique, le souci de l'hygiène continue et autres mesures connues par tous les citoyens et qui contribuent à la préservation des vies humaines".

    Indiquant que "les textes, les bases et les portées de la Charia indiquent la nécessité de prendre en compte ces mesures préventives prises, notamment dans les espaces publics", la Commission a relevé que ceci "ne doit pas être pris à la légère, étant donné que ça relève des limites qui ne doivent pas être transgressées".              

    La Commission de la Fatwa rappelle les fidèles et les personnes en charge des mosquées, l'importance de "revenir à la concrétisation du niveau civilisationnel élevé de respect strict des mesure préventives qu'ont connu les mosquées, soit dans la prière collective, la prière de vendredi, ou dans les salles d'ablution et toutes les structures y afférentes, telles que la distanciation physique,le port du masque protecteur, l'utilisation des tapis personnels et la prise en compte de l'hygiène et des moyens de prévention".